#ÀNotrePlace : nanar et lapsus

#ÀNotrePlace : nanar et lapsus

Le film de “Ni Putes ni Soumises” sur le harcèlement de rue est une démonstration presque éloquente. De ce dont il ne parle pas.

 

Quel intérêt d’un homme pour juger de la drague lourdingue à laquelle peuvent être exposées les femmes (du moins certaines) ? Les féministes de NPNS seraient-elles si timides qu’elles croient qu’un témoignage de femme ne suffit pas aux hommes ? Qu’il fallait celui d’un homme pour accréditer le leur ? Que le leur a trop souvent manqué à la sincérité pour mériter le crédit du sexe opposé ? Horresco referens.

Et pourquoi un homme déguisé en femme ? Elles pouvaient s’adresser plus sûrement à quelque damoiseau hétéro et le promener dans des milieux gays.

Mais tel est le scénario.

Le film, lui, laisse perplexe.

D’abord, il y a l’apparence de ce garçon déguisé en fille, dont la taille et la dégaine laissent trop paraître l’insolite du trans, sous une féminité maladroitement appuyée, un insolite qui ne peut qu’attirer les regards, plus que ne les attirerait une jeune femme élégante dans les mêmes situations. Pas étonnant que les regards soient d’un poids singulier dans la perception de l’intéressé. (En les interprétant tous comme le considérant comme « un morceau de viande », l’acteur s’avance un peu inconsidérément, au-delà de ce qu’il nous a donné à voir – ou c’est que le texte du commentaire a été mieux appris que celui du film.)

Du reste, s’il avait été déguisé en vieillard ou en moine tibétain, il n’aurait pas évité de ressentir différemment d’à l’habitude le regard des autres sur lui, le « poids du regard », sans qu’y soit entrée aucune dimension sexuelle. Regard plus ou moins bienveillant, selon l’habit et les lieux traversés dessous. Et selon la façon de s’y conduire soi-même : le déguisement, comme le rôle de composition, expose plus qu’il ne protège quand il n’est pas bien porté.

Mais ce que montre surtout ce film, c’est le non-dit des « statistiques » sur le harcèlement à caractère sexuel.

On aimerait connaître le détail de l’itinéraire de cette folle journée, et les critères qui ont présidé au choix des lieux fréquentés. Ils ne sont pas tous équivalents, sous le critère de la familiarité avec les inconnus, de l’autre sexe ou pas, ou quel qu’en soit le sexe. Choisir un bar de nuit ou une brasserie à 13 heures, ce n’est pas le même scénario, selon qu’on vise à constater ou dénoncer des lourdeurs de drague. Choisir la région parisienne ou la province, la métropole ou la petite ville, non plus, etc.

« Ni putes ni soumises » se défend d’avoir visé à montrer ce qui ressort immédiatement du film en dépit des floutages (qui ne gomment ni l’allure ni l’élocution !) : la population des supposés harceleurs de rue, jeunes hommes de milieux populaires, est très ethniquement typée. Exemplaire ligue de vertu, elle n’y a pas visé, c’est certain, on lui en fait volontiers crédit. Mais elle y est bien parvenue.

Et revoilà notre syndrome de Cologne. La misère sexuelle agressive et sans filtre de jeunes mâles qui portent en eux les débris de sociétés patriarcales du sud de la Méditerranée, et dont on s’interdit de relever les traits communs – rien de neuf –, mais qu’on ne s’interdit pas d’aller piéger en caméra cachée à la mesure de l’estime intersectionnelle qu’on leur porte, qui sent beaucoup son mépris de classe.

Jamais avare d’une édifiante maladresse, le secrétariat à l’Égalité femmes-hommes de l’impayable Marlène Schiappa met à profit la sortie du nanar pour se féliciter de ses « 894 contraventions pour outrage sexiste ». Huit cent quatre-vingt-quatorze, ça ne suffit pas pour esquisser une typologie des « harceleurs de rue » ? Pas sûr que toute la gent masculine se projette #àleurplace.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s